Bataille d'Averine

Une déclaration de guerre ? Une bataille épique à raconter ? Venez ici !
Jeu Fév 16, 2017 5:27 pm

  • HRP: Il s'agit de l'histoire de cette confrontation opposant une flotte cetyn de belle taille à quatre VDF, entre autre.
    Elle s'est déroulée il y a plusieurs mois maintenant, mais comme personne de ce que j'ai pu en voir ne l'a raconté, je me suis dévouée en reprenant un vieux truc, certes pas terrible, et à le finir. Petite mention à Canard qui a sut trouver les bons mots. Libre à vous de trouver à cette bataille un autre nom, ou de supprimer le RP si il ne vous plait pas. (pardon pour les fautes)




    « D'un conseil une décision vient, d'Amaranth et Melrhens réconciliés
    En cetyn ils trouvèrent un ennemi commun, après les déchirement qu'ils s'étaient infligés.
    Sur la forteresse se tournèrent leur yeux, immense place forte en cadran de varden
    Dont la puissance était si impressionnante, que même les deux puissances ne pouvaient la tomber... »

    Linaewen Rheyne aimait chanter cette chanson le matin en mettant de l'ordre dans son épaisse chevelure rousse qui présentait la particularité d'être plutôt raide sur les trois quarts de sa longueur avant de brusquement devenir frisée.
    Elle ajusta bien le col de sa robe rouge préférée et s’apprêta à sortir de sa chambre pour aller profiter de l'air matinal dans les rues de Castemeïre, mais elle se ravisa.
    Il ne se passait tellement rien depuis si longtemps : elle dont l'activité principale consistait à gérer ce qui avait trait aux affaires militaires était désœuvrée depuis une éternité. A quoi diable servait d'avoir une telle flotte pour ne pas s'en servir ? Pesta t'elle . A chaque fois qu'une bataille se profilait, cette imbécile de Tauriel soutenue par cette détestée Earwing trouvaient le moyen de ne pas intervenir.

    « Ils sont mieux à défendre Harlonduneï qu'à se risquer dans des batailles à l'issue incertaine, pour sauver je ne sais pas qui », avait répondu l'impératrice, ce en quoi elle n'avait pas forcement tort. Mais Linaewen rêvait de mieux que cela. Elle voulait une place pour les Sindars. Qu'au moins un des grands peuples de cet univers soit respectable ! Et cela passait par une puissance militaire et une affirmation sur la scène internationale. Mais depuis un certain temps, les Harlondais se repliaient de plus en plus sur eux même comme une fleur de nénuphar se fane après avoir un temps ravi le regard de promeneurs insouciants.
    De rage, elle sera ses poings et les releva mais cela ne lui apporta aucun soutien. Elle ferait comme chaque matin, elle irait se promener et espérer quelque chose de nouveau qui ne viendrait jamais, puis irait s'occuper des affaires de son domaine.
    Elle sortit alors de sa chambre et parcourut le palais situé en plein cœur de l'imposante ville à la recherche de sa sortie. Il n'y avait que peu de monde à l'intérieur, seulement son petit fils Earnur. Les autres étaient disséminés un peu partout , mais cela n'était pas vraiment important.
    Soudain, il se présenta devant elle relativement essoufflé. Il avait l'air de l'avoir cherché longtemps, comme si elle ne faisait pas le même trajet tous les matins à la même heure.
    Il ne prit même pas la peine de la saluer tant il était excité, chose qui l'étonna un peu car tout le monde dans sa famille craignait ses brusques accès de colère suffisamment pour ne pas la froisser.

    Tauriel Féataure a besoin de vous immédiatement ! Se contenta t'il de dire, avant de rajouter d'une voix assez aiguë. Une flotte cetyn hostile est en approche du territoire Amaranth et une nation étrangère aurait l'air d'avoir sonné la mobilisation générale. Je n'en sais pas vraiment plus.
    Mais, pourquoi m'appelle t'elle, elle n'a pas son cher amiral Olotha prêt à la conseiller, ni Melwig Earwing ? La stupeur se lisait à livre ouvert sur son visage. La dernière fois que Tauriel avait eue besoin d'elle remontait à la dernière bataille jamais connue par les Sindars, dans le cadre de la guerre les opposant aux forces de l'échine de fer. Plus personne ne s'était soucié d'elle depuis, jusqu'à maintenant.
    Transmets la nouvelle aux autres membres de la famille et veilles sur Castemeïres, je pars pour Arân-Thryn immédiatement !
    Earnur s'inclina devant ses paroles et partis accomplir sa tache le plus rapidement possible. Quand à elle, elle changea rapidement de direction et remonta les étages du palais qu'elle avait commencé à descendre pour rejoindre les terrasses situées en hauteur de cette forteresse grise, et qui permettaient par temps sec de voir les extrémités de la ville pour peu que l'on ait une bonne vue.
    Son vaisseau l'attendait, prêt. Merveilleusement prêt au vu de l'utilisation qu'elle en avait fait ces dernières décennies. Elle se demanda si elle savait toujours vraiment le piloter mais qu'importe, l'appareil était capable de rejoindre une destination automatiquement, et de plus, il était lourdement armé et possédait un module de communication n'ayant rien à envier à la Nelnioralîn ou a l'Eregeldalië.
    Elle s’engouffra rapidement à l'intérieur et commanda immédiatement un décollage en douceur, alors qu'elle allait jeter un coup d’œil dans le miroir le plus proche afin de savoir si elle était présentable devant l'impératrice. Non pas qu'elle l'appréciait particulièrement mais tout de même.
    Après avoir passé un coup de main dans sa robe pour la déplier un peu, elle se mit en liaison avec Arân-Thryn et reçut rapidement l'Amiral Olotha qui lui expliqua ce qui se passait. Apparemment, Tauriel était complètement perdue. Les Darluines avaient donné leur avis sur cette bataille organisés par le comptoir et avaient soutenus un non catégorique, de même que les Aldalieths. Melwig ne voyait pas l’intérêt stratégique d'envoyer des forces au loin et Olotha craignait suffisamment une attaque sur Harlonduneï pour ne pas bouger. Mais globalement, personne ne savait quoi faire, pas même Olotha, qui n'avait cure des aspects politiques de l'affaire.

    Alors pourquoi me fait elle venir ? Pensa t'elle à voix haute alors que les contreforts nords des Ephels Menelmire défilaient maintenant en contrebat. Au fond d'elle même, elle connaissait la réponse. Tauriel voulait que sa meilleure commandante soit prête à partir sur le champ à la moindre occasion, et avait besoin d'un avis qui pourrait fixer les choses, d'une personne que l'on écouterait tant à cause de son expérience militaire qu'à cause de sa forte personnalité.
    Voila qui changerait Linaewen, et promettait des moments intéressants, se dit elle en esquissant un petit sourire, même si elle ne savait pas exactement à quoi il serait dû.

    Trois heures plus tard, elle était arrivée à Arân-Thryn et avait rapidement trouvé l'impératrice ainsi que les autres, et l'indécision qui régnait en ces lieux était encore plus grande que ce qu'elle n'avait imaginé.
    Une partie des maisons avait ordonné à leur flotte respective de partir en patrouille avant même que Tauriel ne dise quoi que ce soit, et par la suite, elles avaient été réprimandée par celles qui n'avaient pas bougé et n'avaient certainement pas l'intention de le faire.
    Melwig résuma bien la situation lorsque son ennemie jurée entra dans la salle ou se tenait les débats entre Tauriel, elle et Olotha.

    On s'en moque, ils ont aligné trois vaisseaux de faction dans la zone, ils n'ont pas besoin de nous. De plus, envoyer notre flotte à perpette les oies rend Harlonduneï vulnérable. Cela ne sert à rien de se déplacer.
    Au vue du coup de cette flotte dans nos dépenses, je serais d'avis qu'elle soit utile, pour une fois. Fit Tauriel, qui semblait aux yeux de Linaewen assez exaspérée, quoique de la lassitude transparaisse aussi. Et puis, vous imaginez un peu si l'on ne vient pas prêter main forte ? Certains auraient l'esprit assez cour pour nous qualifier de traître, j'ai déjà vue le cas...
    Alors quoi, tu veux envoyer nos vaisseaux essuyer des pertes quasi certaines dans une bataille inutile pour défendre ceux qui veulent potentiellement nous détruire ? Je sais, cetyn veut nous détruire aussi, mais quoi qu'on fasse, on sera attaqué de toute façon alors autant ne rien faire. Répondit fermement Melwig, et elle croisa les bras autour de sa poitrine comme pour affirmer son propos.
    Peut être que tout le monde nous a oublié ? Risqua Olotha, mais la seule réponse qu'il reçus fut une grimace amusée de Melwig et une expression offusquée de Linaewen.
    Suite à quoi plus personne ne dit rien, et chacun retourna méditer bien que sans résultat.

    Dame Rheyne ? Demanda Tauriel. Après tout, c’était la seule à ne pas avoir encore parlée.
    Je dirais juste qu'il s'agit d'une occasion en or de se mettre en situation de bataille et de voir si l'on est capable d'en mener une à bien, même avec tous les autres. Dit elle d'un air détaché. Quand à une offensive sur Harlonduneï par les aeldeniens après avoir fait sortir la flotte Sindar de sa position, je n'y crois pas. La seule chose capable de nous détruire est un vaisseaux de faction, en théorie. Or vous oubliez qu'ils sont tous là bas, et qu'en cas d'hostilité non seulement notre flotte pourrait les esquiver, mais en plus aurait largement le temps de rentrer défendre cette planète le temps qu'ils arrivent.
    Je sais bien qu'ils ont largement de quoi repousser cetyns, mais c'est plus que cela qui se joue. Là bas, l'ensemble des monde va connaître la liste des nations prêtes à ce battre contre cette chose.

    Ma fois, cela se tient . Répondit Tauriel. Mais de toute façon je n'y connais rien à ce domaine. Amiral Olotha ? Demanda t'elle à la recherche d'un avis compétent capable de juger ce qu'avait dit Lady Rheyne, mais celui si semblait occupé depuis quelques minutes à regarder sa tablette numérique et arborait maintenant une mine soucieuse.
    Amiral Olotha ? Demanda l'Impératrice du Harlond avec plus d'insistance. Que ce passe t'il ? Suite à quoi elle fit mine de se lever pour jeter un coup d’œil à ce qu'il regardait.
    Flotte cetyn hostile en approche. Répondit sobrement l'autre. Trois cuirassés et 2,3 millions de chasseurs, plus la configuration habituelle de porte nefs de faible tonnages.
    Pas de quoi nous anéantir ni même nous effrayer, fit il en se prenant le menton dans la mains et en ayant l'air de beaucoup réfléchir au vu de son regard dans le vague.
    Mais quand même, continua t'il, c'est beaucoup. Plus que ce que l'on a jamais vu faire route sur Harlonduneï. J'aimerais éviter les pertes inutiles, or on risque d'en avoir si on laisse la flotte en orbite. Je serais pour envisager un autre scénario.
    Qu'elle patrouille dans le système alors. J'aimerais beaucoup qu'on arrête de se faire du mauvais sang avec toutes ces histoires. Fit Melwig, déjà lasse de cette réunion. Il faut dire qu'elle bataillait contre Tauriel et d'autres depuis le début de la mâtiné.
    Et elle n'était pas la seule. Tauriel en avait elle même assez entendus pour aujourd'hui et congédia tout le monde de manière plutôt abrupte, en espérant que la nuit porterait conseil à tous.

    Le lendemain, les choses avaient un peu changé, mais pas dans le sens que Linaewen voulait. Tauriel Féataure avait fini par se laisser convaincre par Melwig, et Olotha avait suivit le mouvement. Le conseil convoqué pour cette occasion devait se réunir une dernière fois afin de statuer sur les opérations, avant que le cours des événements reprenne ses droits sur cette planète.
    Tauriel annonça sa décision, qui était de ne pas s'engager dans la bataille, à l'ensemble des nobles avant de reprendre la discussion avec Melwig, Linaewen et Olotha.
    L'impératrice du Harlond était morne, tout comme Melwig. Même si elles restaient convaincues qu'il valait mieux ne pas prendre part aux affaires d'Aelden, la mort de millions d'être ne les laissaient pas indifférentes. Olotha lui, ne laissait rien transparaître.
    Linaewen Rheyne était elle consternée, mais lasse en même temps, de voir toujours le même spectacle depuis l'odieuse trahison de l'Ordre de la Citadelle.
    Elle ne participa que peu à la discussion qui suivit, qui visait à mettre en place les mouvements de la flotte lorsque les cetyns arriveraient sur la capitale Sindarine.
    Une fois que ce fut fait, Melwig et Olotha se préparèrent à sortir de la salle, mais tout d'un coup, Linaewen redressa la tête et les interpella tous.

    C'est donc tout ?
    Quoi ? Demanda sombrement Melwig. Vous avez un meilleur plan ? Vous croyez que d'y aller bêtement va arranger les choses ?
    Mais Melwig n'avait pas l'air vraiment convaincue par ce qu'elle disait, et Linaewen le sentie bien. Alors elle tenta de les convaincre une dernière fois.
    C'est la seule chose que vous trouvez de bon pour Aelden, rester indifférents faces aux attaques cetyns, quelles qu'elles soient ? Répondit Lineawen.
    Certes, la majorité de ses peuples, à commencer par les Amaranths, ne valent pas que l'on disparaisse pour eux, je ne dirais pas le contraire. Mais il existe certaines choses qui méritent que l'on se batte pour elles. Des choses qui valent mieux que ce que ces envahisseurs veulent nous imposer.
    Ce que j'aimerais que vous compreniez, c'est que tout ce qui est beau et libre disparaîtra une fois qu'ils auront gagné. Et, continua t'elle en regardant Melwig droit dans les yeux, il n'y aura plus de Harlond, Melwig.
    Son regard quitta celui de la dame du Nord pour faire un tour d'horizon.
    La vie de ce peuple s'en est elle déjà suffisamment allée pour que nous restions ici à attendre que la mort nous emporte?
    Elle interpella alors une dernière fois l'assistance, la voix emplie de désespoir et de pitié.
    Ne ferez vous donc rien ?
    Suite à ces paroles, l'assistance resta un temps silencieuse, l’atmosphère pesante.
    Rentrez chez vous Linaewen Rheyne. Fit Melwig Earwing, le cœur lourd. Cette histoire ne nous concerne plus.
    Alors Linaewen Rheyne sut qu'il n'y avait rien à faire, et quitta rapidement Arân-Thryn pour rejoindre Castemeïre, à attendre quelque chose qui ne viendrait jamais...

    Mais une chose, elle arriva, qui n'était pas attendue.
    Sa noirceur Arahel premier, de la Triade du Kah-nar, avait semble t'il grand désir de s'entretenir avec le peuple du Harlond, aussi contacta t'il Melwig Earwing en personne, à une heure avancé de la soirée.
    Personne ne sut exactement ce qu'il se dit lors de cet entretien. L’individu avait il quelque affections pour les Harlondais et souhaitait t'il les conseiller, ou au contraire, les menaçait il de représailles pour leur neutralité dans ce conflit si particulier ? Mystère.
    Mais toujours est il que le lendemain matin, aux premières lueurs de l'aurore, Linaewen reçus l'ordre de prendre le commandement de la flotte et de partir tout de suite réactiver le vaisseau amiral BCS Edwine. Ce qu'elle fit sans attendre.




    Une fois qu'elle fut arrimée contre l'énorme vaisseau de blanc et de vert, elle monta à bord.
    Tout était désert, l'appareil n'avait pas servit depuis plus d'un siècle et avait été purement et simplement désactivé et abandonné sur les quais d'un spatioport ou se retrouvaient d'autres bâtiments militaires désaffectés, visités uniquement pour les entretenir afin d'éviter qu'ils ne tombent en ruine.
    Elle parcourut relativement lentement les couloirs et salles vides et noires parfaitement en ordre, envahie à la fois par une espèce d'accablement devant cette décadence et la résolution non moins forte d'y mettre fin.
    Elle déboucha abruptement dans la salle de commandement du vaisseau, de taille moyenne, où clignotait les premières lumières autre que sa lampe torche. Un écran géant trônait au centre d'une baie qui se trouvait en direction de la proue, et la pièce était encombrée de divers terminaux un peu partout, quasiment tous éteins.
    Linaewen resta quelque temps interdite devant ce vide en faisant le tour d'horizon de la salle, puis se dirigea vers le seul ordinateur allumé de la pièce, qui se trouvait environs à dix mètres face à l'écran et était pourvut d'un confortable siège en cuir. Mais elle ne s'assit pas dessus.
    Elle se contenta d'appuyer sur un unique bouton sur le bas de l'écran de l'ordinateur. Après dix secondes d'attentes, le cœur quantique de l'ordinateur se ralluma de même que l'écran, et les deux projetèrent une pale lumière bleutée qui découpa de larges ombres à travers la pièce où se cachait encore l'impression de mort de ce lieu.

    Réactiver BCS Edwine ? Demanda simplement l'ordinateur alors que sur l'écran s'affichait les deux possibilités. Linaewen prit son temps avant d'appuyer sur oui.
    Veuillez patienter. Lui répondit l'appareil, et un petit ronronnement se fit entendre alors que la liste des systèmes en cour de réactivation défilait sur l'écran.
    Tout à coup, la salle entière se ralluma, de même que tous les ordinateurs présents et si elle avait pus le voir depuis l'espace, elle aurait vus les lumières vertes sur la coque noire et blanche du vaisseaux se rallumer, alors que les armes du bâtiment se redressaient et que leur alimentation laissait paraître une lumière bleuté à certains endroits. Elle tourna la tête de gauche à droite avant de reculer vers la partie arrière de la salle, surélevée, afin de contempler le spectacle.
    Soudain, l'écran géant de la salle s'alluma pour laisser apparaître le visage d'Olotha.

    Le vaisseaux est réactivé, tout va bien ? Demanda t'il simplement.
    Apparemment.
    Cela faisait longtemps. Dit il d'un air assez songeur.
    Oh oui, fit Linaewen Rheyne, avant de sourire. Beaucoup trop longtemps.
    Avatar de l’utilisateur
    Tauriel Féataure
    Cadet
    Cadet
     
    Messages: 38
    Inscription: Jeu Oct 15, 2015 3:50 pm
    Localisation: Dans une citée elfique digne de ce nom.
    Gouverneur: Tauriel

Sam Fév 18, 2017 7:25 pm

  • Partout, l'agitation régnait. Jamais les forces Sindarines n'avaient été plus actives depuis les 100 dernières années, au minimum. Des vaisseaux allaient et fusaient dans un joli désordre autour du spatioport militaire, alors que de partout, on ramenait armes et munitions tant pour la défense terrestre que pour la flotte, car Harlonduneï était toujours menacée d'une attaque prochaine.
    Et au milieu de tout ça, sur le pont de l'Edwine, Linaewen, Eärnur et Olotha essayaient tant bien que mal d'organiser le départ et les forces en présences.

    On manque de vaisseaux auxiliaires ! On ne va quand même pas y aller uniquement avec des cuirassés, non ! Pesta Eärnur, ce à quoi sa grand mère lui répondit.
    Si tu en vois, n'hésites pas à les réquisitionner, moi, je n'en aperçois guère.
    Il n'y en a pas d'autres ? Demanda Olotha, un peu déçus par la vingtaine de cuirassés alignés, qui manquait cruellement de variation. Vous n'avez pas construit ne serait ce qu'une escorte légère pour cuirassé isolé ?
    Malheureusement, non. Je vous signale que c'est par votre faute, celle de Tauriel et surtout de Melwig, que les chantiers Rheynes sont à l'arrêt depuis des décennies.
    Je n'y crois pas, fit elle avec un léger sourire. Voilà presque un siècle que je me morfonds dans mon ennuis et aujourd'hui, le temps me manque. Il va falloir partir comme ça, on ne peut aller quérir autre chose.
    Si, attendez un instant. J'ai négocié avec les Oréönnes et les Sirïon, Répondit Eärnur un peu soulagé. On peut compter sur environ 300 méta transporteurs qu'ils nous prêtent pour l'occasion, avec les compliments d'Ilmarë Sirïon.
    En voilà une qui serait bien venue, de même que Luthien Telpenïa, j'imagine, pensa tout haut Linaewen avec amusement.
    Eärnur, lorsque les vaisseaux seront là, fais traverser la flotte par la porte la plus proche, on ne devrait pas se retrouver trop loin, et arriver à temps là bas. Amiral Olotha, gardez contact avec Harlonduneï.

    Trois heures plus tard, la flotte Sindarine avait pris un semblant d'ordre et de formation, et Linaewen trouva le temps suffisamment cour pour la faire traverser tout de suite.
    Une fois arrivée, ils leur faudraient de toute façon plusieurs jours pour rejoindre ce que les harlondais allaient appeler Averine. La flotte avait tout le temps de se mettre en ordre.
    Du côté des forces coalisés, l'étonnement pus se lire à livre ouvert lorsque les 20 vaisseaux Sindars étincelant sous les feus de l'étoile proche débarquèrent.
    Durant le trajet, Alatariel Erawing avait négocié avec les autres amiraux et grâce à l'aide d'Olotha, avait finalement trouvé une place pour la flotte Sindarine dans la masse de cuirassés, transporteurs, portenefs et même sondes réunis dans ce coin perdu.
    Lorsque le jour de la bataille arriva, tout le monde était fin prêt. Les forces coalisées étaient réparties le long d'un arc de cercle à très grand diamètre. Les Kanards se trouvaient à gauche, puis venait le gros des forces melrehns avec la flotte Organiène et l'Orakor, qui assurait la défense de tout le secteur. A sa droite, se trouvait les forces de l'empereur Zede III, qui étaient liées à l'ensemble des forces Thelios par le reste des vaisseaux melrhens. Juste devant les forces Thelios, se trouvait le Lumati, fièrement dressé à peu près au centre de l'arc. A la droite de ce dernier, se trouvaient la flotte Sindarine, qui soutenait l'Avenor à sa droite. Puis venaient les quelques flottes
    léanths sur place, puis l'armée de l'OCA, l'Aménari soutenant le coin supérieur droit et enfin le reste des armées Amaranth.


    Tout ira bien ? Demanda Olotha, un peu anxieux. Après tout, c'était leur première bataille depuis un siècle, et nombres des équipages n'étaient pas particulièrement familiers à l’usage des armes, comme le voulait la culture Sindarine.
    On est en sur nombre, fit Eärnur de façon rassurante avant de lui taper sur l'épaule avec un clin d’œil. Tout ira bien.
    Quelque chose ne va pas, répondit Linaewen, soucieuse, on est trop étiré. Les cetyns pourraient bien arriver à percer à un endroit si ils sont suffisamment rapides et ingénieux, sans que l'on puisse refermer la pince à temps pour secourir l'endroit où leur pression se ferait sentir.
    On a quatre vaisseaux de factions répartis tout le long de cette ligne, ils ne pourront passer rapidement. Répondit Eärnur. Mais celui si savait bien ce que sa grand mère pensait de ces mastodontes. Très puissants certes, mais capable d'amener la défaite dans leur propre flotte si jamais ils explosent ne serait ce qu'accidentellement.
    Vous savez, Rajouta Olotha en essayant de la rassurer. Les melrehns de l'Echine ont l'air d'avoir beaucoup étudiés les stratégies cetyns. Comme il semble qu'ils arrivent souvent par groupe compact, cette répartition est la meilleure.
    Oui, en espérant juste que les VDF ne vont pas lâcher... Soupira Linaewen, avant de jeter un œil sur le radar de bord de l'Edwine.
    Mais ?! Qu'est ce que le Lumanti fabrique ! Fit elle avec un mélange de colère et d’affolement.
    Quoi encore ? Demanda Olotha.
    Le VDF Thelios, celui qui est au centre gauche de la formation. Il s'est avancé tout seul et est maintenant bien devant nous !
    Ils viennent de signaler qu'ils avaient eu une avarie technique. Répondit Eärnur, pas de quoi s'affoler.
    Une avarie technique ?
    Flotte cetyn en approche ! Signala l’opératrice qui était en charge de la surveillance du futur champ de bataille sur l'Edwine.
    Mais, ils n'arrivent pas en formation éclatée ! montra Eärnur avec une certaine tension dans la voix.
    Et zut ! Répondit Linaewen. Eärnur, fais tirer les fusées de portée en direction de la flotte arrivante dans 1 minute !
    Le VDF Thelios... Il va se retrouver tout seul face aux cetyns, là où il est !
    On peut pas les abandonner ! Fit Eärnur.
    Les Thelios se sont mis en ligne, ils vont charger ! Annonça le responsable de la coordination.
    Lady Rheyne ? Demanda Olotha.
    L'intéressée sortit alors la tête de ses mains, et respira un grand coup avant de parler.
    Eärnur, lances les fusées de portées maintenant. Que l'on mette la flotte en ligne, et qu'elle soit prête à encaisser un maximum de dégâts, on suit les Thelios ! Prévenez les.
    Compris, répondit Eärnurs.
    Eärnurs, les fusées !
    Elles viennent de partir. Les cetyns viennent de se disposer en arc de cercle avec pour centre le Lumanti. Ce dernier risque de ne pas tenir avec son problème !
    Linaewen, les Thelios vous font dire qu'ils vous attendent. Les deux flottes sont prêtes.
    Pendant ce temps là, les premiers projectiles tirés fendaient l'espace et éclatèrent à mi chemin entre le Lumanti et la flotte cetyn. Le vaisseau Thelios était en assez mauvaise posture et le reste de leur force s'impatientait. Mais ce n'était pas le plus grave puisque sous l'ordre d'on ne sait qui, les forces Léanths et ducales abandonnèrent leur position pour le secourir, car elles étaient composées de vaisseaux légers et rapides, plus prompts au mouvement que le reste du groupe centre.
    Maintenant. Mais ne vous placez qu'à la porté maximale de nos armes, cela devrait suffire.
    Ainsi, d'un seul coup, toute la formation centrale fonça à l’unisson secourir le VDF en perdition, faisant cependant un gros trou au centre de l'armée coalisée, et ce sous les yeux consternés de nombre des amiraux présents, et en particulier de l'Avenor, qui puisque les Amaranth remontaient pour prendre la flotte cetyn à revers, se retrouvait tout seul. La pagaille envahie la moitié droite du champ de bataille. Les melrehns eux avaient réussis à faire un groupe compact autour de l'Orakor, les flottes de l'échine s'étant resserrées autour de ce dernier, mais ce groupe resta pour l'instant immobile.
    La tentative de sauvetage du Lumanti resta malheureusement vaine, car se dernier explosa d'un seul coup après un tir particulièrement bien ajusté, mêlé d'un coup du destin. Les forces légères venues le secourir connurent d'ailleurs le même sorts, incapables de résister face à la force de frappe des envahisseurs. Mais la flotte cetyn ne s'en tirerait pas comme ça, elle s'était trop avancée pour pouvoir se replier facilement, et commença à essuyer les tirs de la muraille des cuirassés du centre désormais à porté de leurs pièces.
    Pour les cetyns, l'affaire était sérieuse, mais non désespérée, Jusqu'à ce que tout d'un coup, un mouvement bien orchestré de l'Orakor à gauche et de l'Aménari à droite, accompagnés de leur escortes respectives, prennent la flotte cetyn en tenaille et la coupa littéralement en deux en son milieu. La première moitié maintenant coincée entre le marteau et l'enclume, fut prestement détruite, pendant que la seule force melrehns suffisait à repousser la deuxième moitié à distance de la première.
    Une fois la flotte à demie détruite, celle si commença une manœuvre de retraite mais les forces coalisées restantes se replacèrent plus rapidement en arc de cercle et firent disparaître les cetyns sous un déluge de feu de toutes sortes. Ainsi, ce qui allait être appelée bataille d'Averine par les Sindars commença dans la confusion et l'inquiétude mais tourna au massacre des cetyns en bonne et du forme. Ce jour là, la victoire fut aeldennienne. Et il semble que suite à cette rencontre, les cetyns amorcèrent une position de replis et d'étude face à ce qu'il venait de se passer, qui ne serait, hélas pour l'ensemble des peuples des sept, que tragiquement temporaire.

    Les Sindars rentrèrent ensuite chez eux,où les cetyn avaient également été repoussés à peu près au même moment, et Linaewen espéra un temps que le morne repli de son peuple avait pris fin.
    Mais elle savait que cela ne serait pas chose aisée que d'extirper des harlondais de quelque chose qui leur allaient si bien, surtout après 100 ans d'accoutumance.
    Cela ne serait pas chose aisée, certes, mais au sourire qui se dessina sur les lèvres de Lianewen Rheyne après ces jours de désordres et de perturbations , Olotha devina bien qu'à ses yeux, cela ne serait pas une mauvaise chose. La perspective le fit sourire en pensant aux récriminations que ne manqueraient pas de faire Tauriel et encore plus Melwig. De quoi en réveiller plus d'un !
    Avatar de l’utilisateur
    Tauriel Féataure
    Cadet
    Cadet
     
    Messages: 38
    Inscription: Jeu Oct 15, 2015 3:50 pm
    Localisation: Dans une citée elfique digne de ce nom.
    Gouverneur: Tauriel



Retourner vers Le Hall de Guerre




Informations
  • Qui est en ligne
  • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité